Couverture ABSENCES.jpg

ABSENCES - Mai 2017

(Extraits)

LE VAGABOND

 

Ma fortune est dans ma valise

Toute ma vie dans ce grand sac

Je fuis ce monde où je m’enlise

Mon cœur et ma vie sont en vrac.

 

Je marche seul au long des routes

Plein de candeur et plein de doutes

Je veux oublier ce passé

Dont je ne peux pas vous parler.

 

J’ai été mais je ne suis plus

Mon métier je m’en souviens plus

Je marche seul sans objectif

Avec un chien et un canif.

 

Parfois les gens sont généreux

L’un donne à boire et l’autre pas,

Mais c’est normal je suis un gueux

Un marginal et un paria.

 

Je ne sais pas où mènera

Ce chemin ou bien ce sentier

Mais je sais qu’à la tombola

J’y ai gagné ma liberté.

© LB - Absences 2017 - Page 16

LE BONHEUR

 

J’ai cherché le bonheur sur tous les continents

Dans le creux des vallées ou au cœur des volcans.

Je n’ai vu que la neige au sommet des montagnes

Et sur les océans l’horizon qui s’éloigne.

 

J’ai cru à un moment qu’en amassant fortune

Je pourrais décrocher le soleil et la lune,

Mais après avoir eu, possédé, engrangé,

J’ai repris mon chemin et tout abandonné.

 

Puis après des années de joies et de douleurs

Où j’ai subi le mal et gouté la douceur,

Au moment où ma quête arrivait à sa fin,

 

La vérité à moi s’est révélée enfin :

En desserrant mes doigts et en ouvrant le poing,

Le bonheur était là dans le creux de ma main.

© LB - Absences 2017 - Page 44

CANICULE

 

Tout le monde a ôté son pull

Et sauté dans son véhicule

Après un rapide calcul

Kilomètre et tour de pendule

Par la route où chacun circule

Vers l’océan et sans scrupule

Ils vont se dorer la pilule

Montrer leur corps montrer leurs fesses

Sans avoir peur du ridicule.

 

Il fait chaud c’est la canicule !

© LB - Absences 2017 - Page 38

VOL DE NUIT

 

Son regard est perdu au hublot

Et ses yeux embrumés sont mi-clos.

Suspendue au-dessus des nuages

Elle est seule et revient de voyage.

 

Il était son amant de Paris

Elle doit retourner vers sa vie,

Oublier cet amour qui s’amuse,

Inventer des regrets des excuses.

 

Cette histoire impossible est finie

Dans le calme étoilé de la nuit,

Elle crie son amour en silence,

La douleur dans son cœur est immense.

 

Ça fait mal quand on touche la plaie,

Ça fait mal quand on dit : « plus jamais… ».

L’océan lavera sa folie

À la fin de ce long vol de nuit.

© LB - Absences 2017 - Page 55